Un consultant en organisation travaille sur la mise en place des process pour parvenir aux objectifs de la direction générale. Épine dorsale du marché du conseil, le conseil en organisation regroupe une pluralité de spécialités, allant du digital au RH en passant par le marketing.

Le conseil en organisation regroupe une vaste catégorie d’acteurs intervenant sur des métiers et des secteurs variés.

Les cabinets de conseil en organisation, aussi appelés cabinets de conseil en management, interviennent principalement auprès des directions opérationnelles (DAF, DRH, Direction Achats, Direction Marketing, Direction Supply chain…). Ces cabinets interviennent sur des missions de réorganisation depuis la phase de diagnostic jusqu’à la mise en place opérationnelle des solutions.

Les missions durent en moyenne entre 6 mois et 1 an. La facturation pratiquée et la rémunération varient fortement dans le conseil en organisation en fonction des cabinets.  En général le TJM oscille entre 1200 et 1500 euros/jour.

Le conseil en organisation se pratique chez une multitude d’acteurs, de petits cabinets spécialisés aux filiales conseil de SSII.

Des organisations matricielles

Les cabinets de conseil en organisation sont en général structurés en plusieurs départements, dont la composition varie fortement d’un cabinet à l’autre. Certains ayant des spécialisations sectorielles (banque, public…), d’autres des spécialisations fonctionnelles (RH, achats…). Ce système permet aux consultants de développer des expertises, même s’ils peuvent souvent être amenés à intervenir sur des thématiques généralistes.

Chaque département se positionne selon le tableau suivant, dans une ou plusieurs catégories :

  Banque Energie Industrie Telecom/ Média Santé Secteur Public .…
Achats/ Réduction de couts
Supply Chain/ Logistique/ Lean
RH 
Stratégie IT
Finance
Marketing
Transformation, AMOA
Développement Durable
 

Sur notre site, nous avons pris le parti de détailler les types de conseil en organisation par métier. Sachez qu’il existe des cabinets spécialisés sur des secteurs d’activité. Ces cabinets disposent en général d’une ou plusieurs expertises métier au sein d’une industrie.

Le conseil en Achats consiste en la mise en place de la bonne stratégie et des bons process afin d’améliorer les performances de la direction Achats. La spécificité du conseil en Achats réside dans la variété des interlocuteurs. En effet, la mission s’opère à la fois avec les équipes internes du client et les fournisseurs de l’entreprise. Les consultants doivent donc disposer de fortes capacités de négociation et d’empathie pour comprendre leurs interlocuteurs tout en restant efficaces dans l’optimisation des résultats économiques.

Il existe deux types de facturation dans ces métiers : la rémunération au succès (en fonction des économies réalisées) et la rémunération au forfait (convenue à l’avance). On retrouve également des facturations hybrides alliant ces 2 principes.

Contextes d’intervention

  • Création ou réorganisation d’un département Achats
  • Mutualisation de départements Achats
  • Réduction des coûts dans une situation économique complexe
  • Optimisation de la valeur d’une entreprise avant sa revente

Types de missions

  • Aide à la définition de la stratégie Achats
  • Réalisation de diagnostics Achats
  • Mise en place d’une politique d’Achats durables
  • Refonte des process internes
  • Accompagnement et pilotage d’un appel d’offres fournisseur
  • Identification et valorisation de leviers d’économies
  • Redesign-to-cost : optimisation des coûts de fabrication d’un produit
  • Mise en place d’un SI Achats

Acteurs

On trouve généralement 2 types d’acteurs dans le conseil en Achats : les divisions Achats des grands cabinets de conseil en management et les cabinets de conseil en réduction des coûts.

Le consultant en Achats au sein d’un grand cabinet de conseil en management passent beaucoup de temps sur la définition de la stratégie Achats. La plupart de ses missions consistent en la mise en place des bons leviers pour optimiser les performances sur le long terme : définition du rôle du département au sein du groupe, amélioration de son organisation, optimisation des process opérationnels et SI.

Au sein d’un cabinet de conseil en réduction de coûts, l’horizon de résultats est beaucoup plus court et des effets tangibles doivent se dégager dès l’issue de la mission. Pour ce faire, chaque poste de dépense est passé au crible. Le consultant cost-killer émet des recommandations et assiste les acheteurs dans la mise en place d’actions correctives.

Ces deux approches sont très complémentaires pour améliorer durablement les résultats d’un département Achats.

Carrière

Le conseil en Achats permet de très bien appréhender les relations entre les différentes entités centrales et délocalisées d’une grande entreprise. La politique Achats est souvent dirigée par le groupe et implémentée dans les filiales, ce qui implique la gestion de nombreux enjeux politiques.

Les consultants en Achats ont souvent pour tâche de réduire les budgets d’un ou de plusieurs départements, ce qui rend la posture du consultant plus challenging que dans d’autres lignes de métiers.

Ce métier convient bien à des candidats à l’aise avec les chiffres, appréciant le concret, et disposant d’une très grande finesse relationnelle.

Rémunération

  • 0-3 ans : 37 – 55K
  • 4-6 ans : 50 – 80K
  • 7-10 ans : 100-150K
  • Associé : + de 170 K

Débouchés naturels

  • Dans d’autres cabinets de conseil spécialisés ou généralistes
  • Consultant indépendant
  • Dans les directions Achats d’entreprises : postes de directeurs relations fournisseurs, Lead Buyer, Qualité Achats, etc.
  • Des possibilités de reconversion en logistique et supply chain

Le conseil en Développement durable est une branche relativement récente du conseil puisque les premiers cabinets dédiés ont été créés au début des années 2000.

Ces cabinets travaillent principalement sur la définition de stratégies de Développement durable et sur leurs mises en œuvre sur le terrain.

Les consultants interviennent fréquemment sur des problématiques de réduction de l’impact environnemental de produits ou d’entreprises. Ils ont à analyser les bilans écologiques et sociaux de leur client, mettre en place des cartographies d’impact et formuler des recommandations.

Contrairement aux idées reçues, le consultant en Développement durable peut intervenir sur des champs plus larges que de simples problématiques de mise aux normes environnementales ou d’image : il mène également des projets de réduction des coûts et des risques, de création de valeur, d’éco-conception de produits…

Contextes d’intervention

  • Accompagnement de clients (tous secteurs confondus) dans la définition de leur stratégie RSE et Développement durable.
  • Amélioration de la performance énergétique de l’entreprise
  • Développement d’un système de management de la RSE.
  • Accompagnement d’une entreprise dans la création d’un département RSE

Types de missions

  • Vérification et rédaction des rapports RSE pour les grandes institutions
  • Professionnalisation de la démarche de Développement durable
  • Mise en conformité règlementaire
  • Étude des impacts socio-économiques de l’adaptation au changement climatique
  • Benchmarking des politiques de Développement durable
  • Éco-conception
  • Aide à la politique publique environnementale
  • Obtention de norme ISO 14 001 (Management environnemental)

Acteurs

Certains cabinets d’audit se sont pourvus de départements de conseil en Développement durable afin d’aider à la rédaction du rapport RSE annuel des grandes entreprises. Au-delà de ces missions, ces départements Développement durable peuvent travailler sur la gestion de risques environnementaux, mener des études de cycle de vie produit ou aider à la mise en place de législations.

Le secteur du conseil en Développement durable comprend une multitude de cabinets souvent très spécialisés et de taille humaine : certains travaillent sur l’éco-conception, d’autres sur la diversité, la réduction de l’emprunte carbone…

Carrière

Le conseil en Développement durable présente de fortes possibilités de croissance. Les entreprises ont en revanche ralenti leurs efforts concernant le Développement durable en réaction à la crise et la croissance des cabinets de conseil s’en est trouvée ralentie.

Pour trouver le bon cabinet dans ce domaine, mieux vaut être armé de patience, de curiosité et être  titulaire d’un très bon diplôme. Effectivement, ce métier attire beaucoup de jeunes très diplômés en sortie d’école qui se font concurrence pour les postes à pourvoir à la fois dans le conseil et les départements Développement durable.

Rémunération

  • 0-3 ans : 35 – 50K
  • 4-6 ans : 45 – 70K
  • 7-10 ans : 70 – 120K
  • Associé : + de 120 K

Débouchés naturels

  • Dans d’autres cabinets de conseil spécialisés ou généralistes
  • En tant que consultant indépendant
  • Chez le client en Développement durable ou RSE
  • Ingénieur développement
  • Dans d’autres métiers très différents : ce métier relativement récent laisse beaucoup de perspectives ouvertes à la sortie

Le consultant en Digital ne doit pas être confondu avec un consultant en SI. Le dernier se concentre sur l’implémentation d’outils numériques chez son client, alors que le premier a plus tendance à analyser la stratégie Digitale de l’entreprise et apporter des clefs pour accompagner les compagnies dans leurs transformations numériques.

Le conseil Digital représente un élément pivot dans l’amélioration de nombreux aspects de l’entreprise : il peut concerner l’orientation stratégique globale, la relation-client, les process internes, le développement d’une collectivité…

Contextes d’intervention

  • Digitalisation des processus
  • Transition numérique
  • Programme de dématérialisation
  • Volonté d’améliorer l’utilisation des technologies numériques
  • En résumé : besoin du client d’améliorer son utilisation de l’internet

Type de missions

  • Accompagnement d’entreprises dans leur transition vers le Digital
  • Pilotage de projets numériques
  • Mise en place d’une stratégie Digitale
  • Diagnostic Digital
  • Amélioration des parcours clients
  • AMOA
  • Analyse des impacts des évolutions technologiques
  • Réduction des coûts numériques
  • Evaluation des risques numériques
  • Amélioration de la gestion de projets digitaux (méthode AGILE)

Acteurs

Le conseil en Digital est présent dans de grands cabinets de conseils, mais également chez des boutiques un peu plus spécialisées. Il ne faut pas sous-estimer la large gamme de services proposés dans le Digital, qui peut concerner l’ensemble des aspects d’un business. En raison de ses nombreuses applications, le Digital et ses enjeux sont devenus des problématiques de nombreux cabinets, qu’ils en fassent leur expertise principale ou développent des équipes spécialisées.

Carrière

Le conseil en Digital peut être une étape dans la carrière d’un consultant, mais il regroupe surtout des profils spécialisés étant capable de combiner connaissances techniques (par exemple ce qu’il est possible de faire avec les outils numériques) et sectorielles. L’important est à la fois de bien connaitre le marché dans lequel le client évolue et les améliorations que la numérisation pourrait lui apporter, afin de lui donner des recommandations ciblées et réalisables.

Le conseil en Digital n’est pas réservé aux profils issus d’écoles d’ingénieurs, même si un candidat ayant fait ses études dans une école de commerce devra être très intéressé par les problématiques technologiques et avoir une vraie appétence pour elles.

Le conseil en Digital est un secteur qui sera sans doute amené à se développer au fur et à mesure que les entreprises se doteront en outils numériques. Attention cependant, il n’est pas certain que cette tendance se poursuive à long-terme, lorsque les sujets digitaux auront été assimilés par les différents acteurs économiques.

Rémunération

  • 0-3 ans : 35 – 50K
  • 4-6 ans : 45 – 75K
  • 7-10 ans : 65 – 130K
  • Associé : + de 150K

Débouchés naturels

  • Dans d’autres cabinets de conseil spécialisés ou généralistes
  • Dans les cabinets de conseil en transformation/AMOA/BFA
  • Consultant indépendant
  • Dans la direction stratégique Digitale d’une entreprise

Comme son nom l’indique, le conseil en fonction finance est dédié aux directions financières. Il vise à leur apporter des solutions dans l’optimisation de leurs opérations, ce qui comprend notamment l’organisation du département, les processus comptables et financiers et les SI.

Le conseil en fonction finance (appelé également conseil en amélioration de la performance financière) amène à évoluer sur tous les sujets couverts par une direction financière : la comptabilité, le contrôle de gestion, la trésorerie, le recouvrement, le progiciel de gestion, la clôture des comptes….

Contextes d’intervention

  • Réorganisation d’un département financier
  • Externalisation/Mutualisation de départements comptables et financiers
  • Choix et Implémentation d’un nouveau progiciel de gestion
  • Évolution de la réglementation financière

Types de missions

  • Mise en place d’un nouveau progiciel de gestion
  • Amélioration du reporting financier (tableaux de bords, outils de contrôle de gestion)
  • Aide à la réorganisation de la direction financière et construction du plan de développement
  • Mise en conformité réglementaire
  • Mise en place de CSPs
  • Réduction des délais de clôture
  • Définition de la vision stratégique de la direction financière
  • Refonte du plan de comptes du groupe et du processus de consolidation
  • Travail sur les processus de consolidation comptable, de management de trésorerie et de cash

Acteurs

Historiquement, le conseil auprès des directions financières représente une masse très importante des revenus des cabinets de conseil. D’ailleurs, on peut noter que la plupart des grands cabinets de conseil en organisation ont lancé leurs activités à travers cette branche.

Ceci est compréhensible dans la mesure où beaucoup de cabinets de conseil sont des spin-offs de départements conseil de grands cabinets d’audit (l’affaire Enron a obligé la séparation des activités de conseil et d’audit en 2001) : Kurt Salmon est issu de Deloitte, Capgemini Consulting avait récupéré l’activité conseil d’EY, Bearingpoint regroupait à l’origine les activités conseil de KPMG…

Si le conseil en fonction finance représente une part aussi importante des revenus des cabinets de conseil, c’est aussi parce que les directions financières sont des gros consommateurs de cabinets de conseil dans la mesure où elles sont amenées à gérer les progiciels de gestion qui garantissent l’information financière.

Étant donné la criticité des enjeux et le caractère souvent international des missions, on retrouve traditionnellement plutôt de grands acteurs sur le marché du conseil en fonction finance. Les cabinets de conseil internationaux (Accenture, Capgemini…) tiennent la corde, mais les cabinets d’audit ont relancé leurs activités de conseil ces dernières années et sont plus qualifiés pour les missions à caractère comptable.

Carrière

Attention à ne pas confondre le conseil en fonction finance avec le conseil en Transactions Services qui est pour sa part dédié aux problématiques de fusions-acquisitions. Le conseil en fonction finance n’intervient pas sur des opérations financières de M&A : il n’y a donc pas  d’évaluation financière d’acquisitions, de vérification de comptes ou de modélisations Excel pointues.

Ce type de conseil permet d’appréhender les différentes responsabilités afférentes à la direction financière dans un grand groupe.

Les consultants en finance font partie des mieux payés du conseil en organisation. Ce métier requiert un sens analytique poussé et une capacité de compréhension rapide dans la mesure où il faut souvent maîtriser des mécanismes complexes (Comptables ou SI) en très peu de temps.

Rémunération

  • 0-3 ans : 37 – 55K
  • 4-6 ans : 60 – 80K
  • 7-10 ans : 100-150K
  • Associé : + de 200 K

Débouchés naturels

  • Dans d’autres cabinets de conseil spécialisés ou généralistes
  • Consultant indépendant
  • Chez le client final en direction financière
  • Chez le client final en direction comptable
  • Chez le client final au département contrôle de gestion ou au département risques

Les fonctions marketing d’une entreprise peuvent être, d’une manière sommaire, divisées en deux activités :

  • Le marketing stratégique est la démarche d’étude et de réflexion qui a pour finalité de fixer des objectifs marketing pour le développement des marchés de l’entreprise.
  • Le marketing opérationnel correspond à la mise en place des décisions et à la gestion des cycles de vie produit.

Le marketing est un domaine ayant beaucoup évolué ces dernières décennies pour occuper une position d’importance stratégique dans l’entreprise. De nombreuses déclinaisons du marketing existent, notamment en fonction des acteurs (marketing B to C, marketing digital…), et en fonction de la situation de la demande (marketing de stimulation, marketing segmenté…).

Le consultant en marketing et relation clients intervient auprès des directions marketing, digitales et commerciales sur les problématiques de commercialisation des produits et d’analyse du marché (profil des consommateurs, concurrents, conjecture…). Il est en première ligne pour aider le client à définir sa politique produits et sa politique commerciale.

Contextes d’intervention

  • Volonté des dirigeants de redéfinir le positionnement stratégique de l’entreprise sur un marché
  • Études en amont de lancements de produits ou d’activité
  • Mise en place de nouveaux supports de communication ou de nouveaux canaux de distribution
  • Mise en place d’un suivi des ventes et des performances commerciales

Types de missions

  • Segmentation clients et rationalisation des offres commerciales
  • Optimisation de stratégies multicanal
  • Mise en place de stratégies digitales et de mobilité
  • Choix et implémentation d’un outil CRM ou d’un progiciel de gestion des ventes
  • Refonte de la politique de fidélisation clients (cartes de paiement, programmes de fidélité…)
  • Optimisation du parcours client
  • Mise en place d’un SAV
  • Amélioration de la performance commerciale
  • Définition de la stratégie commerciale d’entrée sur un marché

Acteurs

Jusqu’à très récemment, les cabinets de conseil en management disposaient de petites équipes de conseil en marketing souvent dédiées aux secteurs télécom et média (qui ont toujours été en avance sur les interactions clients). Avec le durcissement des conditions économiques et l’essor d’internet, de nombreux secteurs ont redessiné leur relation-client : la banque, l’assurance ou la grande distribution sont devenus des secteurs très consommateurs de prestations de conseil en marketing.

Aujourd’hui, on trouve des équipes marketing dans les grands cabinets de conseil en management et parfois également une division digitale en complément. En dehors de ces structures, quelques acteurs spécialisés existent, notamment dans le domaine du conseil digital où de nombreux cabinets se sont créés ces dernières années.

Carrière

Attention, le conseil en marketing dans un cabinet de conseil en management n’a rien à voir avec le travail que l’on effectue en agence de communication. Certains consultants sont assez frustrés après quelques années car ils souhaitaient initialement travailler sur la conceptualisation de campagnes de communication marketing, ce qui est rarement l’enjeu dans un cabinet de conseil en management.

Ce métier nécessite une grande curiosité intellectuelle dans la mesure où les évolutions technologiques sont permanentes et les adaptations sectorielles constantes. Il faut de surcroît être capable de faire preuve de bonnes capacités mathématiques étant donné que le consultant en marketing est régulièrement amené à effectuer de l’analyse de ventes.

Rémunération

  • 0-3 ans : 35 – 55K
  • 4-6 ans : 50 – 75K
  • 7-10 ans : 90-130K
  • Associé : + de 150 K

Débouchés naturels

  • Dans d’autres cabinets de conseil spécialisés ou généralistes
  • Consultant indépendant
  • Chez le client final dans les départements marketing, digital ou commercial

Comme son nom l’indique, le conseil en Ressources humaines traite les problématiques RH de l’entreprise. Plus précisément, le consultant peut intervenir sur des questions organisationnelles (gestion des talents, plan social), informatiques (logiciel de gestion de paie et autres systèmes d’information), et juridiques (droit du travail).  Le consultant RH peut également intervenir sur des études à destination des Ressources humaines sur des thèmes variés (comme par exemple l’étude des rémunérations).

Le recours aux cabinets de conseil en RH se généralise du fait de l’augmentation des missions déléguées aux départements des Ressources humaines ces dernières années : prévention des risques psychosociaux, égalité des chances et lutte contre les discriminations, mobilité internationale des employés, gestion des compétences…

Contextes d’intervention

  • Changement de direction RH
  • Mise aux normes réglementaires
  • Climat social améliorable
  • Plan de licenciement
  • Internationalisation des parcours et des compétences

Types de missions

  • Refonte du des processus et du SI RH (paie, recrutement…)
  • Travail sur les mécanismes de rémunération
  • Mise en place de la Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC)
  • Conduite d’audits sociaux
  • Dialogue social : conduite de négociations avec les instances représentatives du personnel
  • Assistance à la mise en place d’un plan de mobilité professionnelle
  • Optimisation du plan de formation
  • Définition d’un programme de Hauts Talents

Acteurs

De nombreux acteurs interviennent en conseil RH : des cabinets de conseil en organisation généraliste ou spécialisés et également des cabinets de recrutement. Il existe une multitude d’acteurs intervenant sur la formation, le dialogue social ou la prévention des risques psychosociaux.

Ce marché est composé d’un côté de grandes structures de conseil en management, qui gèrent beaucoup de projets de cadrage SI, et de l’autre de nombreux acteurs spécialisés à l’expertise pointue.

Carrière

Le conseil en RH est un métier passionnant dans la mesure où l’on travaille sur le fondement de l’entreprise, à savoir les individus qui la composent. La diversité des missions et le climat assez accueillant des divisions RH rend ce métier particulièrement attractif.

Attention, ce métier est très différent du coaching : les métiers de recruteur, de coach professionnel ou de consultant en transition professionnelle sont beaucoup plus adaptés pour ceux qui apprécient la dimension psychologique des RH.

Pour réussir dans ce secteur, il faut être dans une posture d’empathie tout en comprenant que la Direction des Ressources humaines d’une grande entreprise travaille sur beaucoup de sujets économiques.

Rémunération

  • 0-3 ans : 35 – 50K
  • 4-6 ans : 45 – 70K
  • 7-10 ans : 70 – 130K
  • Associé : + de 150 K

Débouchés naturels

  • Dans d’autres cabinets de conseil spécialisés ou généralistes
  • Consultant indépendant
  • Chez le client final en direction des Ressources humaines
  • Certification coach
  • Dans un cabinet de recrutement

Un cabinet de conseil en stratégie IT intervient sur la stratégie de gestion des SI au sein d’une grande entreprise et sur l’organisation de la DSI. Les sujets de réflexion peuvent être par exemple la fusion de plusieurs systèmes d’information, l’externalisation de leur gestion, ou la mise en place d’un centre de profits SI.

Le conseil en Stratégie IT est clé dans le fonctionnement d’une entreprise, car il permet  d’augmenter l’efficacité des process et de valoriser les investissements informatiques.

Lors de la phase de réflexion stratégique, les consultants veillent à aligner la stratégie des systèmes d’information de l’entreprise cliente avec sa stratégie globale.

Contextes d’intervention

  • Rachat d’entreprise
  • Projet de mise en autonomie de filiales
  • Élaboration d’une stratégie numérique
  • Besoin d’améliorer les performances des Systèmes d’Information
  • Rationalisation des budgets IT

Types de missions

  • Diagnostic des différents modèles économiques de gestion des SI (Mutualisation, Partenariat, Outsourcing…)
  • Définition de la roadmap IT
  • Définition du schéma directeur SI d’un département
  • Refonte de l’organisation de la DSI
  • Réduction de coûts IT
  • Évaluation des risques SI
  • Analyse des opportunités informatiques majeures : Cloud, Mobile…
  • Amélioration de la politique de Sécurité IT
  • Amélioration de la gestion des projets IT (méthode AGILE)

Acteurs

Le conseil en stratégie IT se retrouve dans les grands cabinets de conseil en organisation et au sein de grandes SSII. Par ailleurs, certains cabinets de conseil en stratégie ont créé des départements SI au cours des dernières années pour répondre aux attentes des dirigeants sur ces problématiques.

Pour bien comprendre le marché de la stratégie SI, il faut distinguer d’un côté les cabinets qui entrent dans des considérations très techniques en réalisant l’architecture technique des Systèmes d’information et de l’autre ceux qui travaillent plus en amont et se penchent sur la stratégie SI à l’échelle d’un groupe.

Carrière

Le conseil en stratégie IT est intéressant pour des profils cherchant à allier dimension technique et dimension économique. En effet, pour pouvoir répondre aux besoins des DSI il faut être capable de saisir les enjeux opérationnels des systèmes d’information tout en prenant en considération les contraintes économiques.

Le conseil en stratégie SI peut être réalisé aussi bien par des ingénieurs que par des commerciaux. Bien évidemment, pour cette deuxième catégorie de personnes, il faudra montrer une réelle curiosité pour l’informatique.

L’intérêt du conseil en stratégie SI réside dans la complexité des Systèmes d’information et dans la capacité à s’imprégner à chaque fois d’un nouvel environnement très technique.

Rémunération

  • 0-3 ans : 35 – 55K
  • 4-6 ans : 45 – 80K
  • 7-10 ans : 70-150K
  • Associé : + de 170 K

Débouchés naturels

  • Dans d’autres cabinets de conseil spécialisés ou généralistes
  • Dans des cabinets de conseil en transformation/AMOA
  • Consultant indépendant
  • Dans les directions des systèmes d’informations sur des postes de gouvernance notamment

Le management de la supply chain, ou chaîne d’approvisionnement, désigne l’optimisation de la gestion des flux physiques du fournisseur jusqu’au client.

Dans un contexte de délocalisation et de mondialisation, l’organisation de la circulation des matières premières et marchandises détermine la capacité d’une entreprise à tirer profit de son rayonnement international.

Les consultants en supply chain aident leurs clients à déterminer et mettre en place les meilleurs scénarios d’approvisionnement et d’acheminement de marchandises. Ils interviennent à tous les niveaux de la chaîne de flux : la logistique d’approvisionnement, aussi appelée « amonts » (de la production à l’entrepôt) ; la logistique de distribution, aussi appelée « avals » (de l’entrepôt à la consommation) ; les « retours » (de la consommation à la production) et la gestion des stock et du recyclage.

Contextes d’intervention

  • Création ou réorganisation d’un département Logistique
  • Volonté d’optimiser les capacités de production
  • Délocalisation
  • Volonté de réduire les coûts

Types de missions

  • Définition de schémas directeurs logistiques
  • Étude sur les emplacements à privilégier dans le cadre d’une relocalisation
  • Mise en place des bons outils de planification (SI)
  • Révision de la politique de stockage
  • Étude de flux de livraison et inter-dépôts
  • Rationalisation de la chaîne de production
  • Étude de faisabilité d’une mutualisation logistique et transport de plusieurs industriels
  • Appel d’offres transport pour la France entière
  • Études d’implantations
  • Amélioration des performances industrielles d’un centre de production
  • Analyse du circuit de distribution

Acteurs

Les divisions ou équipes supply chain dans le conseil ont développé une connaissance du secteur industriel qui leur permet de travailler souvent sur d’autres activités en parallèle : le conseil en achats, le conseil en Lean Management …  C’est pour cela que ces équipes portent souvent le nom de conseil en opérations pour montrer que leurs compétences dépassent le seul champ de la logistique.

Au cours des 10 dernières années, les équipes de conseil en supply chain ont beaucoup travaillé sur des problématiques de Lean Management. Ce dernier est issu du système de production de Toyota et vise l’excellence opérationnelle par la réduction des gaspillages et l’amélioration des performances. L’idée forte de ce concept est la recherche de corrections simples et accessibles par petites étapes, plutôt que de grands mouvements d’investissement ou de transformation.

Le Lean Management s’est étendu récemment à d’autres activités : en dehors du Lean Manufacturing (production), on trouve maintenant des études de Lean Office (activités non-productives) et de le Lean Development (développement de nouveaux produits).

Ces développements ont donné lieu à la création d’équipes dédiées au Lean Six Sigma dans certains cabinets et on compte en général quelques experts black-belt dans tous les cabinets/équipes spécialisés.

Carrière

Le conseil en supply chain permet de découvrir tous les enjeux du secteur industriel et donne souvent un grand sentiment de satisfaction aux consultants dans la mesure où l’impact des missions est directement visible sur le terrain. En général, les missions comportent un peu moins de SI que dans d’autres types de mission. Il s’agit en priorité d’étudier les différents scenarii possibles et d’estimer leur pertinence.

Les enjeux sont très opérationnels et permettent de découvrir le cœur de la production industrielle. Pour réussir dans ce métier, il faut être pragmatique, apprécier les enjeux techniques et les questions concrètes, ainsi que se sentir à l’aise avec les chiffres.

Rémunération

  • 0-3 ans : 37 – 55K
  • 4-6 ans : 50 – 80K
  • 7-10 ans : 100-150K
  • Associé : + de 170 K

Débouchés naturels

  • Dans des cabinets de conseil en Achats ou Lean
  • Dans d’autres cabinets de conseil spécialisés ou généralistes
  • Consultant indépendant
  • Dans les directions logistiques d’entreprises
  • Des possibilités de reconversion en opérationnel dans les Achats et le Lean Management

Les consultants en Transformation aident leurs clients lors de la mise en place de nouveaux SI. Il s’agit de s’assurer de la pertinence de la chaîne d’informations, de l’avancement des travaux et de la gestion de la transition lorsque les nouvelles solutions sont mises en place.

Tout changement de stratégie impacte les SI et les process, et c’est le rôle des consultants en Transformation de gérer les conséquences opérationnelles sur le travail quotidien des employés.

Les principaux clients des cabinets de Transformation sont les directions métier. Elles demandent l’aide des consultants dans l’optimisation de leurs systèmes et process.

Contextes d’intervention

  • Fusion, vente ou acquisition d’entreprise
  • Changement structurel de stratégie
  • Création d’un nouveau métier ou d’une nouvelle business unit
  • Optimisation des process et des systèmes
  • Automatisation/Informatisation de tâches

Types de missions

  • Prise en main de tout un projet de refonte du système SI
  • Mission visant à aider le client sur une partie du projet (voir ci-dessous)
  • Cadrage de projets : étude des impacts sur l’organisation cible à mettre en place, mise en place de l’équipe projet et du plan de travail
  • Pilotage de projets : suivi attentif de tous les chantiers et du budget d’un projet
  • AMOA : récolte et analyse des besoins utilisateurs
  • Conduite du changement : mise en place et conduite des actions de communication et des formations pour que les salariés s’approprient les nouveaux outils et s’adaptent aux modifications du process
  • Assistance technique de la mise en place : conduite de recettes, mise en place de supports utilisateur

Acteurs

Quasiment toutes les équipes de cabinets de conseil réalisent des missions de Transformation. En effet, quelque soit le sujet sur lequel on examine une organisation, les systèmes d’information restent la clé de voute des process. Seuls les cabinets de conseil en stratégie échappent à cette règle.

Le taux de missions de Transformation est très variable selon les cabinets. Il est de 5% pour les cabinets situés en amont et va jusqu’à 100% pour ceux spécialisés sur ces problématiques. En général, une équipe de conseil en management travaille pendant 30 à 60% de son temps sur des sujets de Transformation. Plus le cabinet est important, plus grandes sont ses capacités à détacher des consultants sur des gros projets de Transformation. On a donc habituellement plus de projets de ce type dans les grandes structures.

Carrière

Les missions de Transformation se distinguent d’autres missions par leur fort contact client. Elles durent généralement plus longtemps (jusqu’à 12-18 mois), le consultant étant intégré au sein des équipes du client.

Ce type de conseil permet d’avoir une très bonne vision des différents métiers au sein des équipes client et de mieux appréhender les dynamiques de la vie dans une grande entreprise. Le conseil en Transformation peut permettre une sortie simplifiée des métiers du conseil dans la mesure où on peut souvent être coopté par son client.

Le conseil en Transformation convient bien à des personnes aspirant à maintenir un bon équilibre vie professionnelle- vie privée.

Rémunération

  • 0-3 ans : 35 – 55K
  • 4-6 ans : 45 – 70K
  • 7-10 ans : 80-110K
  • Associé : + de 130 K

Débouchés naturels

  • Dans d’autres cabinets de conseil spécialisés ou généralistes
  • Spécialisation sectorielle dans un cabinet de conseil en organisation
  • Consultant indépendant
  • Chez le client final auprès d’une direction métier
  • Dans les cellules internes des grandes entreprises

Ils témoignent

  • guillaume herbin

    Le conseil est un secteur généraliste qui ouvre beaucoup de portes et qui permet de voir des sujets différents en un temps réduit. C’est pourquoi j’ai choisi de me diriger vers ces métiers à ma sortie d’école... Lire la suite

    Guillaume HERBIN

    Directeur
  • stéphane de vreyer

    Le milieu du conseil est plus difficile que celui de l’entreprise et le niveau d’exigence très élevé. Il faut être capable de se remettre en question, d’être humble pour apprendre et évoluer : cela représente une excellente formation. L’important est de se lancer quand on se sent prêt. Lire la suite

    Stéphane DE VREYER

    Manager
  • mike haziza

    Au lancement de Traker, la principale difficulté fut de parvenir à surmonter la barrière des achats de prestations intellectuelles, qui ont tendance à privilégier les structures établies. Lire la suite

    Mike HAZIZA

    Associé Fondateur
  • dan ohayon

    Le marché du conseil est relativement saturé, avec une multitude de nouvelles structures qui se créent chaque année soit autour d’une expertise soit autour de quelques clients. De réelles opportunités existent pour les petits cabinets... Lire la suite

    Dan OHAYON

    Ex - Associé