Passer du conseil en organisation au conseil en stratégie

Les frontières entre conseil en stratégie et conseil en organisation sont parfois floues. Le premier a néanmoins une image généralement plus prestigieuse.

Un certain nombre de consultants en organisation souhaiterait changer de secteur pour faire du conseil en stratégie à un moment dans leur carrière. Avant de se lancer dans cette aventure exigeante, il faut se poser certaines questions, auxquelles nous pouvons apporter quelques éléments de réponse, grâce à notre vision globale des métiers du conseil.

Pourquoi le faire ?

Les principales raisons qui poussent les consultants en organisation à se tourner vers la stratégie au cours de leur carrière sont bien évidemment le niveau de rémunération plus élevé et l’image de prestige qui accompagnent un emploi dans un cabinet tel que le BCG ou McKinsey. Il s’agit toujours d’un bel ajout dans un CV, car ces cabinets ont une réputation bien établie, à la fois dans le milieu du conseil et côté corporate (de nombreuses entreprises sont attirées par les profils d’anciens consultants en stratégie pour des postes exposés et à hautes responsabilités). Un profil ayant eu une expérience dans un cabinet de conseil en stratégie (un des trois majors en particulier) aura un avantage indéniable comparé à d’autres qui auraient uniquement évoluer  au sein du conseil en organisation tout au long de leur parcours.

Ces deux éléments ne doivent cependant pas être les seuls déclencheurs d’une décision de passer au conseil en stratégie. Il faut également être attiré par le fait d’aborder de nouveaux sujets et enjeux selon un mode de réflexion différent, beaucoup plus analytique. Les présentations faites au client sont également plus importantes, les capacités de communication écrite et orale prenant une toute nouvelle dimension lorsqu’on est consultant en stratégie. En outre, les problématiques à résoudre et les recommandations ont également un impact pouvant être extrêmement impactant sur la vie à moyen-terme de l’entreprise cliente.

Les différences entre ces deux types de conseil se complémentent parfaitement, ce qui rend un profil ayant de l’expérience dans les deux bien plus intéressant pour les employeurs. Lorsque l’on passe en stratégie, après un parcours plutôt orienté organisation, on est vu comme haut potentiel, on peut interagir avec les Directions Générales des clients. La progression en devient plus facile que si l’on est profil pur organisation. À long terme, le consultant gagne encore plus en crédibilité et pourra plus facilement et plus rapidement évoluer sur de hauts postes.

Est-ce vraiment une bonne idée ?

Le passage en conseil en stratégie a certains inconvénients. Les premiers auxquels on pense d’emblée sont le temps de travail supplémentaire et l’augmentation du stress. L’intensité du travail est en effet plus forte dans le conseil en stratégie, les missions étant plus courtes et le niveau de qualité des rendus plus élevé que dans le conseil en organisation. A contrario, on attend moins de qualités relationnelles dans le conseil en stratégie, avec une relation-client moins importante que dans le conseil en organisation, pour les profils juniors en tous cas. Cette  de la dimension humaine altérée peut en décourager certains, ou leur faire perdre une des raisons qui font qu’ils apprécient leur métier.

Le mode de management et la culture d’entreprise sont assez différents en stratégie et en organisation. Ceci est une généralité et chaque manager a sa propre manière de fonctionner, mais les managers en organisation ont parfois tendance à être plus empathiques. Il se pourrait donc que le passage d’un type de conseil  à l’autre soit difficile si vous êtes habitué au mode managérial de votre cabinet. Cet élément est à prendre en compte à chaque fois que l’on envisage de changer d’employeur, mais les changements risquent d’être plus radicaux lors d’une évolution de l’organisation vers la stratégie.

Si vous avez déjà une vision de votre carrière sur le long terme, il faut également savoir qu’il est plus facile de perdurer dans le conseil organisation. En effet, le conseil en stratégie est très exigeant et demandeur de temps et d’abnégation. Il est donc plus difficile de devenir associé quand on est en stratégie, ou même de poursuivre au rythme soutenu propre à ce secteur sur le long-terme.

Dans quel cabinet ?

Avant de débuter les process de recrutement dans différents cabinets, il faut savoir qu’ils n’ont pas tous les mêmes attentes vis-à-vis des candidats, fonction notamment de la taille des cabinets.

Ces derniers se divisent en deux principales catégories : les grands cabinets (dont les « MBB ») et les boutiques de conseil en stratégie.

Si tous ces cabinets sont très exigeants quant à la formation initiale de leurs collaborateurs (qui sont pour l’immense majorité issus des meilleures écoles d’ingénieurs ou de commerce), certains sont également spécialisés sur un ou plusieurs sujets, ou dans certains secteurs d’activité, et pourront être plus ouverts concernant la formation académique du candidat si celui-ci a une expérience significative dans la spécialité du cabinet. En fonction de leur spécialisation, il y a des cabinets de conseil en stratégie qui verront d’un bon œil une expérience dans le secteur ou le domaine qui les caractérise, et s’attarderont un peu moins sur le diplôme du candidat.

Est-ce possible pour vous ?

La possibilité d’entrer dans le conseil en stratégie dépend beaucoup de la formation initiale, comme expliquée ci-dessus, ainsi que de la capacité à réussir un Business Case. Cet exercice est propre aux process de recrutement dans le conseil en stratégie (mais qu’on retrouve aussi de plus en plus dans le conseil en organisation). Une excellente maitrise des chiffres est primordiale (parfois plus en stratégie qu’en organisation, où elle est parfois totalement absente). La curiosité intellectuelle, l’esprit de synthèse et la capacité à émettre des hypothèses face à une problématique donnée sont également des critères à remplir pour être convaincant en entretien.

Les process pour entrer dans un cabinet de conseil en stratégie se préparent. Les Business Cases sont des exercices difficiles, auxquels il faut s’entraîner en parallèle de son job et de ses missions en cours ! Le timing est donc essentiel :si votre agenda ne vous permet pas de vous exercer régulièrement, vous risquez d’avoir de très grandes difficultés à les réussir, ce qui compromettrait fortement vos chances d’entrer au sein d’un cabinet de conseil en stratégie.

A propos de l'auteur

Retour