Devenir consultant après un parcours en entreprise

Les cabinets de conseil recrutent régulièrement des profils expérimentés n’ayant pas d’expérience dans les métiers du conseil.

Nous rencontrons fréquemment deux cas de figures : un recrutement sur le potentiel analytique du candidat dans le conseil en stratégie ; un recrutement sur compétence opérationnelle et technique pour les cabinets de conseil en organisation travaillant sur un secteur/métier particulier.

Rejoindre les métiers du conseil après une expérience en entreprise, est-ce une bonne idée ?

Pourquoi devenir consultant ?

Rejoindre les métiers du conseil peut se justifier de plusieurs raisons :

  • La pluralité des missions, des secteurs et des problématiques
  • La volonté d’être challengé, de sortir de missions répétitives
  • L’approche projet
  • Les perspectives de progression en interne
  • Le gain en termes de rémunération

Ces raisons sont souvent de même nature que celles qui poussent de nombreux juniors à postuler dans ce secteur d’activité. Pour plus d’éléments, voir l’article : travailler dans les métiers du conseil  

En revanche, les enjeux sont différents au moment de la prise de poste.

Une transition exigeante

En général, les profils expérimentés ne redémarrent pas en bas de la pyramide hiérarchique. Les cabinets ont tendance à considérer que deux années en entreprise équivalent à une année en conseil. Ainsi, un profil de 3-5 ans d’expérience peut se retrouver projeté au grade de consultant senior sans avoir jamais réalisé le métier.

Ceci nécessite un ajustement des 2 cotés : les cabinets connaissent votre situation et vous accompagnent dans votre montée en puissance avec un programme de formation adapté. En retour, ils exigent réel investissement  de votre coté dans les premiers mois de la prise de poste pour acquérir rapidement les skills du conseil.

Cette période d’acclimatation prend du temps (en général un an) et nécessite des efforts importants de votre coté.

Bien se préparer pour les entretiens

Il faut savoir justifier pleinement sa volonté de travailler en conseil. Travailler votre discours sera donc indispensable afin de démontrer qu’il s’agit là d’un vrai choix de carrière pour vous.

Concernant les épreuves de business case en cabinets de conseil en stratégie, il existe un grand paradoxe : les études de cas sont plus difficiles alors qu’on dispose de moins de temps qu’en école pour les préparer.

Il faut donc se montrer très sérieux dans la préparation des business cases. Se faire accompagner par un cabinet de recrutement peut s’avérer très utile pour gagner du temps et gérer au mieux ses process de recrutement. Chez Upward Consulting, nous avons notamment préparé plusieurs supports pour préparer au mieux nos candidats.

Y aller à quel moment de sa carrière ?

En règle générale, nous conseillons à nos candidats de rejoindre les métiers du conseil le plus tôt possible dans leur carrière : arriver après 3 années d’expérience permet de disposer d’une belle première expérience professionnelle tout en ne prenant pas trop de ‘‘retard’’ par rapport à ses camarades de promotion.

En général, les cabinets recrutent des profils expérimentés jusqu’à 5 ans d’expérience assez facilement. Au-delà, plus le profil est expérimenté, plus le candidat doit prouver son caractère d’exception.

Parfois, pour des candidats disposant d’une expertise pointue, il existe une autre possibilité : celle de devenir expert dans un cabinet.

Rejoindre le conseil en tant qu’expert ?

Une autre option est possible pour les profils pointus : les postes d’expert sectoriel ou d’expert métier en interne.

Ce rôle ne rentre pas tout à fait dans la hiérarchie classique du cabinet (voir qu’est ce que le conseil ?).

Il s’agit d’un rôle interne au cabinet visant à :

  • Doter le cabinet d’une expertise pointue dans un domaine en réalisant et publiant des livres blancs et en se tenant à la pointe de l’actualité de ce domaine.
  • Aider les consultants à monter en puissance très rapidement lorsqu’ils travaillent sur les problématiques de l’expert.

Aujourd’hui, on retrouve des experts achats, supply chain, RH, pricing, secteur public… dans les grands cabinets de conseil de Paris.

Quels cabinets viser ?

Tous les cabinets ne sont pas capables d’intégrer des profils expérimentés (manque de temps, de moyens, problèmes d’adaptation). Ceci varie en fonction des politiques de recrutement des cabinets, quelle que soit leur taille et spécialisation. De même, le niveau d’expérience recherché varie en fonction des cabinets.

Il convient de bien se renseigner sur les politiques de recrutement de profils expérimentés, au delà du simple discours de communication officielle. N’hésitez pas à nous contacter pour tous renseignements.

A propos de l'auteur

Retour