Bien utiliser son cabinet de recrutement

Comme expliqué dans l’article « Pourquoi avoir recours à un cabinet de recrutement », des experts en recrutement peuvent être très utiles. Cependant, il y a quelques petites choses à savoir pour maximiser l’efficacité de votre prestataire.

Avoir un prestataire efficace

Pour maximiser l’efficacité de l’expert en recrutement, il faut parler non seulement à l’associé à qui vous avez confié la mission, mais aussi à celui qui accomplit celle-ci. Cela vous permettra de savoir, quelles sont les difficultés rencontrées par le chasseur, quelles ont été les avancées entre N et N+1, etc. Il faut donner le moyen à l’expert de bien faire son travail en consacrant du temps à son partenaire : les prestataires en recrutement sont très dépendants de leur client.

Plusieurs modes de facturation peuvent être envisagés. Les success fees sont souvent appréciés par le client. Seulement, ce mode de facturation demande un investissement de la part du client pour que l’expert en recrutement ne se décourage pas. Pour mettre toutes les chances de son côté afin que la mission soit réussie, il faut montrer que l’on joue le jeu, que l’on veut aller jusqu’au bout de la mission avec lui, que l’on va être présent, etc. L’expert va attendre que le client soit réactif. C’est un peu une psychologie inversée lorsque l’on contracte avec un cabinet de recrutement. Le reporting est donc un KSF pour ces démarches.

Il peut être nécessaire d’adapter sa demande au marché du travail. Un expert en recrutement n’est pas en mesure de créer le « mouton à cinq pattes » que tout le monde souhaite (et a raison de souhaiter). Par conséquent, la meilleure chose à faire est de lui donner les éléments pour qu’il comprenne ce que vous voulez vraiment et être patient. Le reporting est un outil essentiel pour pouvoir adapter et/ou recentrer le besoin. Il faut montrer qu’avec votre entreprise, la recherche de candidats aura des résultats.

Les plus que l’expert en recrutement peut apporter

La confiance mutuelle est primordiale pour obtenir le maximum de votre prestataire, notamment pour bénéficier de ses connaissances du marché. Il ne faut pas hésiter à lui demander des informations sur son secteur, obtenues grâce aux nombreux contacts dont il dispose sur le marché. Quand un expert en recrutement donne des chiffres, énonce ses difficultés ou encore qu’il donne des éléments sur le salaire, vous pouvez lui faire confiance.

Tout comme nous vous conseillons de prendre contact avec l’expert en recrutement qui effectue la mission, il ne faut pas hésiter à mettre en relation votre cabinet de recrutement et les opérationnels. Ça investit vos prestataires plus fortement et leur met plus de pression, mais cela fait aussi évoluer l’avis des opérationnels (qui peuvent mal connaitre le marché) et ajuster une demande irréaliste. Par conséquent, n’hésitez pas à challenger les opérationnels sur les raisons pour lesquels ils refusent un CV : avoir un retour négatif sans savoir pourquoi est extrêmement démotivant quand on s’est battu pour envoyer un candidat, surtout dans un marché en pénurie comme le conseil.

En conclusion

Passer par un chasseur se fait souvent en désespoir de cause, car on n’arrive pas à trouver le profil qui serait idéal pour le poste à pourvoir. Mais attention, ce n’est pas parce que l’on fait appel à un expert en recrutement qu’il va facilement trouver le mouton à cinq pattes. Il simplifiera le processus mais ne permettra pas non plus de contourner les difficultés du marché (par exemple : le salaire souhaité par l’ensemble des candidats est de 80k mais vous en proposez 60…ça ne va pas fonctionner même par l’intermédiaire d’un cabinet de recrutement). La relation devant s’établir entre les parties prenantes doit être basée sur l’entraide et l’accompagnement par le cabinet de recrutement, qui n’est qu’un intermédiaire entre son mandataire et le marché, mais ne pourra pas non plus changer ce dernier selon les souhaits de l’entreprise.

A propos de l'auteur

Retour