Faire carrière dans le conseil

Faire carrière dans le conseil est un choix peu répandu, du fait de l’exigence et la sélectivité du métier. Avec un taux moyen de turnover de 15%, les cabinets de conseil tentent de fidéliser leurs talents en mettant en œuvre des dispositifs de promotion interne. Il s’agit pour ceux qui se projettent dans le conseil à long terme d’en tirer parti. Ci-après nos conseils pour optimiser votre parcours au sein d’un cabinet de conseil.

S’élever dans la pyramide des grades

Les cabinets de conseil sont organisés sous forme pyramidale avec d’importantes ressources juniors à la base et un nombre réduit de Partners tout en haut. Plusieurs grades forment la hiérarchie du cabinet, et correspondent aux années d’expérience du consultant. On compte en général 5 à 7 grades, dont l’appellation peut varier d’un cabinet à l’autre : consultant junior, consultant, consultant senior, manager, directeur, associé (partner)… Il est possible de progresser vite, en restant moins de 2 ans dans un grade, c’est ce qu’on appelle le « fast track ». Le consultant est alors valorisé selon ses performances, au-delà de son âge et de son expérience.

Les consultants sont évalués très régulièrement, à la fin de chaque mission. Par ailleurs, chaque consultant est convié à faire un bilan de son parcours deux fois par an, généralement à la mi-année et en fin d’année. La synthèse de ces entretiens déterminera les promotions et les bonus. Etre consultant implique de jouer le jeu de ce suivi systématique des travaux et missions, de prendre en compte les feedbacks et de travailler sur les axes d’amélioration identifiés. En effet, les cabinets de conseil appliquent bien souvent la politique du « Up or out » : il faut grimper les échelons ou partir. Seuls les meilleurs accèdent aux grades supérieurs.

La cadence du métier, les déplacements fréquents, la pression et les évaluations permanentes sont le prix à payer pour progresser au sein de la structure.

Devenir Partner

Le niveau d’exigence pour devenir associé s’est accentué. La crise a allongé les délais avant d’accéder en haut de la pyramide, comme en témoigne l’apparition de nouveaux grades d’attente (« counsel »). En outre, la concurrence est rude et le process pour devenir Partner est long et structuré. Il requiert avant tout de la patience ! Constitution d’un dossier, validation de la candidature, vote de l’ensemble des associés actuels… Il faut parfois se représenter plusieurs fois avant d’être coopté.

A partir du grade de manager, les effectifs deviennent de plus en plus masculins. Au grade de Partner, les femmes sont particulièrement rares, alors que la moitié des consultants juniors sont des consultantes. La plupart des cabinets cherche à instaurer des mesures en faveur des femmes.

Conserver le statut de Partner est également difficile, car il implique des responsabilités de plus en plus lourdes dans des délais toujours plus restreints : expertise poussée, présence sur le terrain, soft leadership, résistance au stress et nécessaire vente de nouvelles missions, rôle de représentation du cabinet (dans les médias, ou grâce à des missions pro bono).

Toutefois, même si le parcours pour devenir Partner peut paraître incertain, faire carrière dans le conseil représente un beau challenge et offre de nombreux avantages : environnement de travail stimulant, promotion selon un principe méritocratique, salaire attractif, variété des sujets abordés et spécialisation progressive, missions à forte valeur ajoutée auprès de clients high level, possibilité de développer votre réseau…

Si vous souhaitez avoir toutes les armes pour faire carrière dans le conseil, nous vous recommandons de lire nos conseils pour réussir !

A propos de l'auteur

Retour