Clémentine CANNAC

Manager Consultante - ATEXO Conseil

Son parcours

  • Master de Management de Projets Internationaux – Pôle Européen de Gestion et d’Économie de Strasbourg 1
  • 3 ans de Conseil en Systèmes d’Information
  • Chef de projet Web dans le secteur public depuis 2 ans au moment de l’interview

Interview réalisée en 2014

Comment êtes-vous arrivée dans le conseil en Systèmes d’Information ?

Un de mes professeurs à l’université avait créé sa structure de conseil (organisation, conseil en SI, conseil web), et m’avait proposé un stage de fin d’études sur des missions web 2.0. Durant ce stage, j’ai eu l’occasion de découvrir le métier de consultant en Systèmes d’Information. Au bout de 6 mois, j’ai choisi de prolonger l’aventure.

Quels sont les principaux challenges lorsque l’on travaille dans le conseil en SI ?

Il faut tout d’abord acquérir dès les premières semaines un langage technico-fonctionnel propre à ce métier et consacrer régulièrement du temps à la veille, afin de mieux comprendre les enjeux et les priorités des métiers. Le domaine des systèmes d’information évolue sans cesse, il est donc essentiel de rester au fait des nouveaux usages et technologies pour rester force de proposition auprès des équipes projets.

L’équipe conseil doit ensuite s’atteler à mettre les projets SI au service des usagers et placer ces derniers au cœur des réflexions et du système d’information. Il faut pour cela avoir en tête une multitude d’éléments (l’exploitation, la couche applicative, la couche fonctionnelle…) afin de répondre aux besoins de tous les acteurs, aussi bien les professionnels métiers de l’organisation que les usagers externes.

Il est enfin essentiel d’intégrer les directions métiers et la direction générale autant que la direction des systèmes d’information dans un projet SI.

Tous sont essentiels dans le schéma de création de valeur au sein d’une organisation. Il appartient à l’équipe conseil de rassembler autour d’objectifs communs qui répondent aux priorités stratégiques de l’organisation.

En quoi votre métier a-t-il changé depuis que vous avez rejoint le client final ?

Le métier de consultant implique beaucoup de déplacements et une gestion de plusieurs projets en parallèle, offrant ainsi une grande diversité dans le travail au quotidien. Toutefois, rejoindre le client final permet de suivre l’évolution d’un projet dans son intégralité et de percevoir ainsi ses gains réels au sein de l’organisation, de mieux mesurer sa valeur ajoutée dans le temps.

Vous intervenez aujourd’hui dans le secteur public, comment avez-vous développé cette spécialisation ?

Ma première entreprise intervient principalement auprès d’acteurs publics et j’ai pu de ce fait appréhender les problématiques auxquelles sont confrontés ces acteurs – lesquelles rejoignent celles du secteur privé, avec une dimension politique forte.

Aujourd’hui ces acteurs connaissent un contexte de modernisation des politiques publiques et donc de réduction des coûts, de transformation des champs d’intervention, des missions et des activités. Et ce tout en maîtrisant la qualité de service rendu aux usagers, la performance et les coûts…

Il s’agit d’un secteur riche de par la multitude des acteurs et des approches. Ainsi une même mission peut varier de manière importante selon que l’interlocuteur est une chambre de commerce et d’industrie, une collectivité, un conseil régional…

Les 3 qualités pour réussir dans le conseil en SI :

  • De l’empathie : être curieux et à l’écoute, pour comprendre les besoins des acteurs et leur contexte.
  • De la rigueur et une organisation de travail rodée, et ce même avant le début de la mission. Il faut pouvoir apporter une boîte à outils que l’on construit progressivement au fil des projets.
  • Un sens de l’analyse et des qualités rédactionnelles certaines.

Retour aux témoignages