Thierry CATOIRE

Senior Consultant - Roland Berger

Son parcours

  • Diplômé de Supelec Paris en 2007
  • 5 ans de conseil en direction générale, dont 2 ans chez Roland Berger Paris
  • Senior Consultant depuis 2012

Interview réalisée en 2014

Bonjour Thierry, vous avez décidé de commencer votre carrière en conseil en stratégie, pourquoi avoir pris cette décision ?

J’ai choisi de débuter ma carrière dans un cabinet de conseil en stratégie pour 3 raisons. La première est l’opportunité que cela représente pour un jeune diplômé d’école d’ingénieur de se familiariser avec plusieurs secteurs et de comprendre leurs grands challenges. La deuxième est liée à la diversité des natures de projets qui se regroupent sous le terme « conseil en stratégie ».

On ne fait jamais deux fois la même chose dans le même contexte, on intervient auprès de toutes les branches des entreprises (financière, marketing, RH, Production,…).

La troisième est liée à l’environnement humain du métier : auprès du client comme en interne, nous interagissons avec des personnalités intellectuellement et humainement stimulantes.

Aujourd’hui, quels sont les aspects que vous appréciez le plus dans votre métier ?

Finalement, ce sont les mêmes raisons que celles qui m’ont poussé à rejoindre le métier. De nombreux collègues réalisent qu’ils avaient prévus de passer 2-3 années dans le conseil avant de rejoindre l’entreprise et sont étonnés de constater qu’ils y sont toujours heureux après 5 ans.

Lorsqu’un client fait appel  à nous, c’est parce qu’il a un problème à résoudre, et parce que ce problème est important et urgent. Être ainsi confronté à des problématiques clés est intellectuellement très stimulant. L’expérience collective du cabinet enrichit l’expérience individuelle que chacun accumule lors de ses missions. C’est un des grands atouts de ce métier.

La diversité des missions joue énormément. À titre d’exemple, sur la dernière année j’ai participé à des projets impliquant de nombreux secteurs d’activité différents. J’ai voyagé en France et en Europe, j’ai participé à des discussions avec des ouvriers dans des usines, ou dans des salles de réunion place Vendôme.

Par ailleurs, les nouvelles recrues, très nombreuses, participent à dynamiser l’environnement humain et permettent de rencontrer sans cesse de nouvelles personnalités.

Concrètement, est-ce si dur que cela en termes d’horaires ? Quelle est la culture de travail de Roland Berger ?

Le conseil en stratégie présente, à mes yeux de nombreux atouts. Ces atouts ne vont pas sans contrepartie. Les projets sont relativement courts en durée, mais riches en contenu. Il est donc peu raisonnable d’imaginer des horaires légers au quotidien: le rythme des présentations client impose parfois certains pics de travail. Globalement les horaires sont parfaitement vivables et n’excluent pas la pratique de sports ou de loisirs.

Chez Roland Berger, nous finissons tôt les vendredi soir ce qui permet de profiter du rendez-vous  hebdomadaire rassemblant tout le bureau parisien dans une atmosphère conviviale, ou bien de prendre train ou avion si l’on à prévu un week-end loin de Paris.

Les règles d’or à garder en tête lors de son entretien d’embauche selon Thierry CATOIRE :

  • Soyez transparent sur vos motivations : de très bonnes raisons vous ont sans doute poussé à postuler pour ce métier : expliquez-les simplement et honnêtement
  • Arrivez préparé : tant sur les études de cas que sur l’identité du cabinet. On ne peut pas déclarer avoir toujours voulu rejoindre le cabinet X ou Y, et ne pas en connaître les spécificités
  • Soyez structuré et synthétique

Retour aux témoignages